Les réformes du marché du travail vont contre l’emploi

Anne Eydoux, chercheure au Centre d’études de l’emploi et maître de conférences à l’université Rennes 2 ; et Anne Fretel, maître de conférences à l’université Lille 1 et chercheure associée à l’IRES inaugure la nouvelle émission de Médiapart: « Eco à contre courant ».

Vidéo interview d’Anne Eydoux et d’Anne Fretel

 

Avec “Les économistes atterrés”, Mediapart inaugure une nouvelle émission.

  1. Éco à contre-courant » est une nouvelle émission de débat économique et social que Mediapart inaugure aujourd’hui, en partenariat avec Les économistes atterrés, cette association d’économistes née à l’automne 2010 pour déconstruire les postulats qui inspirent les décisions des pouvoirs publics partout en Europe. Si nous avons souhaité organiser ce rendez-vous régulier avec les économistes de toutes tendances qui sont membres de cette association, c’est que nous avons beaucoup de valeurs en partage : avec eux, nous déplorons que le débat économique français soit trop souvent confisqué ou prisonnier de la doxa dominante, en l’occurrence la doxa néolibérale ; avec eux, nous pensons que la richesse de l’économie est fonction du pluralisme de ses approches et qu’il y a urgence à ouvrir les champs des possibles. Ce sera donc l’ambition de cette émission : en résonance avec les grands sujets de débat qui sont au cœur de l’actualité, Les économistes atterrés et Mediapart s’appliqueront dans chaque émission à traquer les idées reçues en même temps que les alternatives possibles.Pour notre première émission, un sujet s’imposait, puisqu’il est au cœur de l’actualité : la réforme du marché du travail. Il nous a paru d’autant plus pertinent qu’il est précisément l’objet d’une idée fausse, délibérément entretenue par certains experts (de la pensée unique) selon lesquels la France aurait trop tardé à réformer son marché du travail, et que cette incurie publique serait l’explication principale du niveau exceptionnellement élevé du chômage.Or, une note des Économistes atterrés, publiée à l’occasion de notre émission, établit méticuleusement le contraire. Faisant le point sur les réformes néolibérales innombrables qui ont été mises en œuvre depuis bientôt trois décennies, elle montre que ces réformes n’ont pas du tout produit les effets bénéfiques annoncés. « Ces très nombreuses réformes néolibérales ont fait la preuve en trente ans de leur inefficacité », dit la note, en donnant une évaluation de chacune d’entre elles, dans les domaines de la flexibilisation des contrats de travail, de l’activation des politiques de l’emploi ou des baisses des cotisations employeurs. En clair, la note établit qu’avec le rapport Badinter, la France veut accentuer une politique de dérégulation qui a déjà largement… échoué !Pour cette première émission, les deux auteures de la note sont donc venues présenter leur travail et en débattre : Anne Eydoux, chercheure au Centre d’études de l’emploi et maître de conférences à l’université Rennes 2 ; et Anne Fretel, maître de conférences à l’université Lille 1 et chercheure associée à l’IRES.

 

Share Button

Laisser un commentaire