Internet et lutte des classes

Analyse de Christian Fuchs, professeur en sciences de l’information et de la communication à la Westminter School of Media, Arts and Design.

Christian_Fuchs

Souvent négligée par les marxistes, la communication et les réseaux sociaux jouent un rôle central dans le capitalisme contemporain. A partir d’une lecture approfondie de Marx et enrichie des études post-coloniales et du féminisme, Christian Fuchs présente dans cet entretien une critique de l’économie politique des réseaux sociaux. Ainsi, il montre que l’émergence d’Internet joue à la fois un rôle stratégique pour l’accumulation du capital et remplit une fonction idéologique, mais contient également une vulnérabilité aux crises. À partir de cette critique, il souligne les perspectives de luttes autour d’Internet et les contours d’un Internet libéré de l’emprise du capital.

En téléchargeant ce fichier vous aurez accès à l’interview de Christian Fuchs publié par  Période revue en ligne de théorie marxiste.

revueperiode.net-Internet et lutte des classes

Lire plus…

Share Button

« La Grèce est soumise à une logique coloniale » (James Galbraith)

James Galbraith, économiste à l’université d’Austin (Texas) et ancien conseiller de Yanis Varoufakis lorsqu’il était ministre de l’Economie de Grèce, revient sur la situation dans ce pays, sur la zone euro et sur les « réformes structurelles » en France.

James Kenneth Galbraith, né en 1952, est le fils de John Kenneth Galbraith, figure de proue du keynésianisme étasunien de l’après-guerre et conseiller de plusieurs présidents des Etats-Unis. Professeur à l’université d’Austin, au Texas, il a critiqué l’emprise du marché sur la gauche dans son ouvrage L’Etat prédateur et est un des économistes les plus sévères à l’encontre de la pensée libérale. Ami de Yanis Varoufakis, il a été son conseiller pendant les quelques mois du passage de ce dernier au ministère des Finances grec en 2015. De passage à Paris, il livre à La Tribune ses réflexions sur la Grèce, l’euro, les « réformes structurelles » en France, et les élections aux Etats-Unis.

Interview réalisé par Romaric Godin dans La Tribune du 1er juin 2016

 Télécharger cet article ou lire la suite / James Galbraith

Lire plus…

Share Button

Non, la Grèce n’a pas reçu l’aide à la Grèce…

Article de Romaric Godin du 4 mai 2016, La Tribune
Le quotidien allemand Handelsblatt publie une étude montrant que 95 % de l’aide à la Grèce sont allés à ses créanciers. Un fait connu dont il faut à présent tirer les conséquences …

Le Handelsblatt est le journal de référence du milieu des affaires outre-Rhin. A ce titre, et comme l’essentiel de la presse conservatrice allemande, il a régulièrement eu la dent dure contre la Grèce, accusée de refuser les « réformes nécessaires » et de réclamer sans cesse de nouveaux fonds à l’honnête et travailleur contribuable allemand. Mais en une, ce mercredi 4 mai, le journal a affiché une « exclusivité ». Une étude inédite nous dit-on de l’ESMT, une école de gestion de Berlin, qui parvient à cette conclusion : 95 % de la supposée « aide » à la Grèce est retournée aux banques et aux créanciers du pays méditerranéen.

Télécharger cet article ou lire la suite

Lire plus…

Share Button

La loi El Khomri attise la course au moins-disant social

Article publié par Médiapart le 4 mai 2016

 

Alain Supiot, éminent spécialiste du droit du travail,
revient sur le contexte qui a permis à la loi sur le
travail de la ministre Myriam El Khomri d’éclore et
à la critique du code du travail de prospérer : le
calcul économique, devenu l’alpha et l’oméga de la
production du droit. « Les hommes ne peuvent être
réduits à l’état d’un troupeau productif », rappelle
l’artisan du concept « des droits de tirage sociaux ».

Télécharger l’article d’Alain Supio sur Loi travail

Share Button

Une loi pour quel travail ?

Article paru dans Alterecoplus du 28/04/16

Auteurs : Corinne Gaudart et Serge Volkoff

Les débats sur la dénommée « loi Travail » se sont centrés, pour des raisons qui se comprennent bien, sur des questions d’emploi, de contrat et de normes sociales. On en viendrait à oublier que le travail lui-même, ses conditions, son sens et même ses résultats sont également en cause.
Share Button

La « Crise grecque » une crise provoquée par les banques

 Fresque réalisée dans le quartier Exarchia à Athènes
La responsabilité des banques dans la création de la bulle de crédit en Grèce
par Patrick Saurin

21 avril 2016

« Tenez ! nous autres, avec notre Banque universelle, n’allons-nous pas couvrir l’horizon le plus large, toute une trouée sur le vieux monde de l’Asie, un champ sans limite à la pioche du progrès et à la rêverie des chercheurs d’or ? Certes, jamais ambition n’a été plus colossale, et, je l’accorde, jamais non plus conditions de succès ou d’insuccès n’ont été plus obscures.  »

(Saccard dans L’argent, Émile Zola)

La crise grecque (lire la suite ou télécharger ce pdf).

Lire plus…

Share Button

Chômage : la faute au code du travail… ou aux marchés financiers ?

Un article clair de Tristan Auvray, Thomas Dallery  et Sandra Rigot publié dans Alterécoplus du 25 mars 2016.

La cause est entendue : le chômage serait imputable à un manque de flexibilité du marché du travail français. Avec la loi El Khomri, les entreprises vont désormais pouvoir rejeter sur le dos de leurs travailleurs les fluctuations de la conjoncture qu’elles subissent : puisque la demande adressée aux entreprises est variable, il conviendrait de rendre les coûts de la main d’œuvre tout aussi variables, en adaptant, au gré des fluctuations de la demande, le nombre d’employés, le temps de travail et/ou les rémunérations. En procédant ainsi, ce sont bien les travailleurs qui supportent le risque entrepreneurial.

Télécharger cet article ou lire la suite :

Lire plus…

Share Button

Alain Supiot : « Remettons le travail au centre de la réflexion et du droit du travail »

Une analyse passionnante d’Alain Supiot. Ci-dessous un entretien réalisé par Yves Husson et publié dans le journal l’Humanité du 11 mars.

Le juriste, professeur au Collège de France, souligne les dangers du projet de réforme El Khomri, en particulier celui lié à la primauté accordée à l’accord d’entreprise, qui deviendrait un instrument de mise en concurrence sociale des travailleurs. Il plaide pour une « vraie réforme » du droit du travail, répondant aux transformations de l’organisation de l’économie, ainsi qu’à la révolution technologique en cours.

Téléchargez cet entretien ou lire la suite

Lire plus…

Share Button

Crise, terrorisme, flux migratoires: si nous prenions au sérieux les travaux prospectifs ?

 

Le conseil économique et social régional de Bretagne (CESR devenu depuis CESER) a publié en 2005 une étude prospective sur l’évolution des bases de l’industrie bretonne à l’horizon 2021.

Les rapporteurs de cette étude sont Michel David et Jean Luc Le Guellec.

Parmi les quatre scénarios proposés, un fait particulièrement écho à ce que nous  venons de vivre: crise financière, terrorisme, flux migratoires, repli sécuritaire…

Vous trouverez ce scénario baptisé « Tous à l’abri » de la page 205 à la page 216 du rapport joint que vous pouvez télécharger. Certes, tout ce qui était envisagé dans ce scénario ne s’est pas (encore)  réalisé, la prospective n’est pas de la prévision mais ce que nous vivons , aujourd’hui, était, dans ses grandes lignes, pensable en 2005.

Etude prospective publié en  2005 CESR sur l’industrie bretonne à l’horizon 2021

Share Button

Vers un nouveau cataclysme financier ?

Baisse des prix du pétrole et des matières premières, débâcle boursière en Asie, ralentissement sévère de la croissance en Chine avec, par ailleurs, de nombreuses bulles financières consécutives à l’injection massive de liquidités par les banques centrales. La panique gagne les experts de la finance qui prédisent, comme Georges Soros ou Patris Artus, une crise plus grave qu’en 2008. Depuis la précédente crise, la concentration bancaire accroît le risque systémique alors que les Etats, du fait des dettes publiques, ne seront plus en mesure de jouer les pompiers et de sauver les banques menacées de  faillite. Le scénario du pire n’est jamais sur mais comme le dit Chris Williamson, le chef économiste de l’institut Markit: « que les prévisions des uns et des autres soient fondées ou non, le risque est qu’à la fin elles ne deviennent autoréalisatrices »: toujours le caractère moutonnier du comportement des « investisseurs » sur les marchés financiers.

Pour comprendre la situation, vous pouvez télécharger plusieurs articles en pdf dans la suite de l’article:

Lire plus…

Share Button

Les réformes du marché du travail vont contre l’emploi

Anne Eydoux, chercheure au Centre d’études de l’emploi et maître de conférences à l’université Rennes 2 ; et Anne Fretel, maître de conférences à l’université Lille 1 et chercheure associée à l’IRES inaugure la nouvelle émission de Médiapart: « Eco à contre courant ».

Vidéo interview d’Anne Eydoux et d’Anne Fretel

Lire plus…

Share Button

PTCI-TTIP-TAFTA, le grand marché transatlantique: la nécessaire mobilisation !

Voici une petite vidéo réalisée à Liège par Form’action André Renard, une association d’éducation populaire vraiment à gauche.
Elle a été réalisée pour un public wallon et francophone de Belgique, un Etat fédéral qui compte des Communautés, des Régions, des Provinces et des Communes auxquelles je fais référence quand je parle des collectivités territoriales.

Mais cela mis à part, ce document est tout à fait utilisable en France comme en Belgique.  RM Jennar

Interview vidéo de Raoul Marc Jennar

Share Button

Le 30 septembre à Pordic: conférence sur le vrai visage de la finance

L’association Pordic Ensemble organise une soirée débat sur le thème: le vrai visage de la finance.

Parmi les questions qui seront débattues:

Abus et arnaques, combien coûtent les banques à la société ?
Innovation financière, spéculation et évasion fiscale, les banques ne sont-elles pas des bombes à retardement ?
Quelles responsabilités des banques françaises ont- elles dans la crise financière et la crise grecque ?

Cette conférence débat se tiendra le
MERCREDI 30 SEPTEMBRE 2015 à PORDIC
20 h 30 à la salle Charlie ALLEN (ancienne mairie)
2 rue Odio Baschamps

Dominique Plihon

Le débat sera introduit par Dominique Plihon

Dominique Plihon est un économiste atterré, porte-parole d’ATTAC France.
Il est un des coordinateurs de l’ouvrage collectif Le livre noir des banques publié aux éditions Les liens qui libèrent. Professeur d’économie à l’université de Paris Nord, il est l’auteur de nombreux ouvrages de référence sur la finance et ses mécanismes.

ENTREE LIBRE

Share Button

La prose du Medef à l’assaut des lycées !

L’Institut de l’entreprise, think tank proche du patronat, veut diffuser un journal néolibéral d’actualité économique. A la suite de cet article publié par le journal l’Humanité du 7 septembre, le ministère de l’Education nationale a démenti soutenir le journal « Actueo ». Les professeurs de sciences économiques et sociales savent pourtant  bien que le partenariat de l’EN avec l’Institut de l’entreprise (IDE) est  une réalité. Ils ont déjà été sollicités pour diffuser auprès de leurs élèves ce type de journaux pour les lycéens. Le combat pour le pluralisme de l’enseignement de l’économie au lycée comme à l’université est un combat pour la laïcité, il est loin d’être gagné.   JLLG

Ci-dessous, l’article de Charles Thiefaine et d’Alexandre Fache:

Actuéco, la bonne parole néolibérale à l’assaut des lycées!

Lire plus…

Share Button

Dans le Morbihan, des paysans produisent autrement… et ça marche!

Sébastien Le Bodo

|

En Bretagne, dans le Morbihan, Mediapart est allé à la rencontre de paysans qui ont renoncé au modèle productiviste et s’en portent très bien. Ils font vivre leur famille, leurs employés, leur ferme. Bien loin des manifestations passées et à venir – ce jeudi à Paris – où la FNSEA demande des « rallonges » à l’État.

Share Button

Joseph Stiglitz juge sévèrement les politiques d’austérité en Europe

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie 2001

Interview à écouter   sur le Blog de Gaston Balliot

Share Button

Pour le pluralisme dans l’enseignement de l’économie à l’université

Longtemps la France a été un pays où des approches économiques diverses pouvaient coexister. C’est ainsi que, dans les années 70, on a vu un courant d’inspiration à la fois keynésienne et marxiste, La Théorie de la régulation, jouer un grand rôle. De même, au début des années 90, l’économie des conventions, mêlant économistes et sociologues, a marqué les esprits. Cette situation de pluralisme, où la science économique apparaissait comme un lieu de confrontations et de débats, a commencé à se détériorer au milieu des années 90.

On a assisté alors à une domination grandissante du mainstream qui a fini par marginaliser les économistes non orthodoxes, qu’ils soient post-keynésiens, institutionnalistes, marxistes, etc… Aujourd’hui la situation est devenue critique : le maintien d’un minimum de pluralisme intellectuel dans l’enseignement supérieur et la recherche en économie, est en question. Les statistiques montrent que, sur la période 2005-2011, sur 120 recrutements de professeurs, on ne compte que 6 économistes appartenant à des courants minoritaires.

Pétition pour le pluralisme dans l’enseignement de l’économie en France

Share Button

Filière porcine: la confédération paysanne s’exprime

Filière porcine : Du vent sur la table ronde

17.08.2015 Tous les acteurs du marché au cadran étaient réunis cet après-midi autour du ministre de l’Agriculture… Tous ? Non ! Les deux principaux mis en cause, Bigard et la Cooperl, ont préféré opter pour des rendez-vous dans les jours à venir. Voilà qui démontre bien l’importance réelle de cette table ronde, simple promesse faite la semaine dernière pour tenter de faire taire la mobilisation des éleveurs.

Lire plus…

Share Button

Situation en Grèce: le point de vue d’Eric Toussaint

toussaint3-300x225

Eric Toussaint, président du Comité d’annulation de la dette, explique les raisons de la capitulation de Tsipras face aux diktat de la troïka. Réunion débat à Lasalle ( Gard) le 13 août 2015.

Share Button

Einstein : le capitalisme voilà la source du mal

Le capitalisme, voilà la « source du mal », écrit Albert Einstein

Ici, la chaîne de montage, pièce maîtresse du fordisme, l'organisation scientifique du travail.
Ici, la chaîne de montage, pièce maîtresse du fordisme, l’organisation scientifique du travail.

« En se servant des moyens de production, l’ouvrier produit des biens qui deviennent la propriété du capitaliste. »

« EST-IL CONVENABLE QU’UN HOMME QUI N’EST PAS VERSÉ DANS LES QUESTIONS ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EXPRIME DES OPINIONS AU SUJET DU SOCIALISME ? POUR DE MULTIPLES RAISONS, JE CROIS QUE OUI. »

Lire plus…

Share Button